Alexandre Ollier - Ecosse

Publié le 29. mai 2018 avec Leica M
*

Alexandre Ollier - L'Ecosse

On m’avait parlé de l’Ecosse et de ses mystères.

Le premier jour de mon arrivée, la neige tombait sur la capitale et j’ai tout de suite pris la route pour commencer à découvrir le pays.

Chaque jour, une destination différente chez l’habitant, à travers quelques villes, puis vers les grands espaces.

Mes images se sont construites au fur et à mesure des rencontres, en suivant les conseils avisés des habitants. Il m’arrivait souvent de dévier de la route principale pour partir dans une direction au hasard et quand la route n’était plus praticable en voiture, je continuais à pied pour atteindre mon point de vue. 

La météo écossaise est lunatique. Ses nuages recouvrent les hauteurs des montagnes et en un rien de temps elle peut vous offrir une pluie diluvienne comme un soleil timide. Cette lumière si particulière, associée au froid et aux somptueux cumulus, offre des paysages sublimes de sensibilité et la force du vent vous rappelle la puissance de la nature.

J’avais besoin d’un appareil léger et facile à emmener partout durant ce road-trip pour retranscrire ce que je contemplais. Mon MP 240 et son Summicron 35mm façonnent ce rendu que j’affectionne tant. Il me fallait être discret, voire invisible comme lors de la photographie du cerf depuis la voiture ou celles prises en pleine rue. 

Je roulais sur une « Single traffic road » lorsque j'ai du me garer sur le côté pour shooter une vieille bâtisse. J’aperçois alors un panneau indiquant la présence de cerfs lors du printemps, en basse altitude. Je rejoins ma voiture pour repartir et je jette un coup d’oeil dans mon rétroviseur : un cerf craintif me regarde. Je me saisis de mon boitier dans la plus grande discrétion pour obtenir l'image ci-dessous avant de le revoir s'évader au loin.

C’est dans ces moments intimes que l'on se reconnecte avec la nature. Une consécration nouée de fierté d’avoir pu prendre ce cliché : j'ai entre les mains un Leica qui me correspond.

On m’avait parlé de l’Ecosse, elle m’a parlé d’amour.

 

---

 

------------

 

Biographie Alexandre Ollier

Aujourd’hui photographe professionnel dans le grand Sud-Ouest, il se tourne vers la photographie vers l’âge de seize ans. Ancien étudiant de l’ETPA, il en sort en 2015, lauréat du prix spécial du jury. En parallèle durant sa troisième année, il travaille en alternance dans un laboratoire professionnel (Laboratoire Photon à Toulouse ) où il se perfectionne comme tireur et approfondi sa post-production. Sa formation l’amènera à être tireur pour le festival ImageSingulière en 2017.

D’un caractère curieux et sociable il se tourne vers la presse pour aller à la rencontre des autres et travailler son regard. Son interêt pour les sciences l’amène également à photographier dans le domaine de l’aérospatiale et de l’aéronautique.

D’abord équipé d’un Leica M6, il affectionne tout particulièrement la visée télématique et la facilité de travailler avec celui-ci. C’est un coup de coeur pour l’objet.

Alexandre investit par la suite dans un Leica MP 240 afin de réaliser ses commandes professionnelles. 

C’est en 2017 qu’Alexandre effectue sa première commande pour Leica lors du festival MAP de Toulouse. Il pose alors son regard sur le déroulement du festival équipé d’un Leica Monochrom où il alterne entre portraits et photos backstage du festival."

 

Son site : www.alexandreollier.com
Son Instagram : https://www.instagram.com/alexandol/

Son Facebook : https://www.facebook.com/Alexandreeol

D'autres articles de blog