BERNARD TARTINVILLE


Le Mont-Blanc en 3D,

une création avec le LEICA S007

 

 

Publié le 17. février 2021 avec Leica S

Bernard Tartinville est photographe diplômé de la prestigieuse Ecole des Arts Appliqués de Vevey (Suisse) qui lui a enseigné la précision et la rigueur nécessaires à la réalisation ce que vous allez découvrir. Après avoir consacré sa carrière à la photographie de publicité et de mode, il s’oriente en 2015 sur des visites virtuelles de très haute définition.

Les images 3D du Mont-Blanc en sont un exemple, une commande réalisée pour la commune de Saint Gervais, au moyen format LEICA S007. Elle répond à une demande de mise en valeur du patrimoine naturel des Alpes. Cette opération a mobilisé une équipe réduite de 3 personnes : un guide de haute montagne, un porteur et Bernard Tartinville photographe. Quatre ascensions ont été nécessaires, à différents horaires pour capter un maximum de cadrages et de lumières. Challenge physique avec un important poids de matériel 3D sur le dos, mais aussi technique : réglages de rotules au degré près et millimètres près, ce dans des conditions extrêmes : jusqu’à 24 photos sont assemblées pour un 360°C.

Plusieurs de ces images ont été primées au prestigieux prix Epson International Pano Awards. 96 pays étaient représentés ; 1452 photographes et 5859 photographies ont été en compétition.

Bernard Tartinville peut doublement se féliciter de cet exploit tant humain que photographique !

BERNARD TARTINVILLE

Bernard Tartinville nous raconte les coulisses de cette production exceptionnelle.

Je crée des visites virtuelles en haute définition avec un rendu visuel très soigné. Cette exigence me permet de travailler pour des musées, des hôtels 5*, des palais, des patrimoines architecturaux ou des sites naturels exceptionnels. Ces visites virtuelles sont composées de photos panoramiques sphériques. »

Ces images sont un assemblage de plusieurs photographies, de manière à représenter une sphère. Leur quantité dépend du capteur et de l'objectif. Par exemple, avec le Leica S 007 et le Super Elmar 24 mm, 24 photos sont nécessaires. Compte tenu du taux de recouvrement, indispensable pour l'assemblage, l'image produite atteint entre 300 et 400 millions de pixels.

 

J'utilise une tête 3D pour faciliter l'assemblage des photos. J'ai déterminé le point nodal de chaque objectif Leica. Pour un résultat de haute qualité, les réglages sont précis à 1 degré d'angle et 1 mm. L'installation nécessite l'utilisation d'un niveau à bulle et d'un fil à plomb. Cette précision est déjà complexe sur un terrain plat, dans un environnement confortable. Je vous laisse imaginer un tournage à plus de 4000 m d'altitude, sans aucun compromis sur la sécurité de l'équipe, avec les mains gelées (ces réglages fins ne peuvent pas être faits avec des gants), sur un terrain très escarpé et instable, par vent parfois violent, après avoir fourni un grand effort physique, encordé contre une paroi rocheuse, avec un équipement d'alpinisme qui gêne la mobilité autour du boitier et en étant obligé, entre chaque photo de déplacer l'équipe et le matériel pour que rien n'apparaisse sur la photo !

4 ascensions au sommet du Mont-Blanc ont été nécessaires entre juin 2018 et septembre 2018 pour réaliser ces prises de vues. J'ai fait une centaine de panoramas sphériques. Une trentaine sont utilisés dans la visite virtuelle de l'ascension du Mont-Blanc.

Pour ce projet exceptionnel, je ne voulais pas d'un bon appareil photo : Je voulais le meilleur de tous ! Le système S était évident ! Car les contraintes sont nombreuses et le cahier des charges très serré :

  • Lorsque vous photographiez un paysage à 360 ° x 180 °, vous avez évidemment le soleil qui brille dans l'objectif et je ne voulais pas de flare
  • Les paysages montagneux enneigés peuvent présenter de nombreuses aberrations chromatiques (en particulier des franges vertes ou magenta)
  • Ces paysages présentent de très grands écarts entre les basses et les hautes lumières
  • Des conditions de prises de vues très difficiles (froid, humidité...)
  • Pour une qualité homogène de l'image assemblée, une qualité optique constante est requise du centre aux bords.
  • La fiabilité de l’appareil, la plage dynamique du capteur et l'excellence des objectifs dictent le choix du système moyen format Leica S pour ces prises de vues.

Vous pouvez découvrir le résultat de cette visite virtuelle en cliquant : Office du tourisme Saint Gervais

Site internet Bernard Tartinville

D'autres articles de blog

FRED MORTAGNE

Architecture du froid

 

Publié le 26. février 2021 avec Leica SL

TONY NOEL

Retour d'expérience sur le LEICA SL2-S

 

 

Publié le 18. février 2021 avec Leica SL